Solidarité تضامن

Irlande: Paul Murphy et 22 militants poursuivis pour une manifestation pacifique

Le député, membre du Socialist Party et de l’Anti Austerity Alliance (AAA), est accusé de séquestration pour avoir protesté contre la taxe sur l’eau.

Par des correspondants du Socialist Party (section du CIO en république irlandaise)

Le soir du mercredi 12 août différents médias nationaux ont rapporté que des accusations formelles allaient être portées contre 23 habitants du quartier populaire de Jobstown, à Dublin, dont le député Paul Murphy et les conseillers municipaux Kieran Mahon et Mick Murphy, tous membres de l’Anti Austerity Alliance (AAA) et du Socialist Party. L’information a été divulguée à la presse avant même que les accusés n’aient été prévenus, probablement à la suite de fuites de la Gardai (la police irlandaise).
Ces accusations sont liées à une action de protestation qui a pris place dans cette communauté en novembre 2014 (interview de Paul sur ce sujet, après les premières arrestations) au cours de laquelle un sit-in avait bloqué pour deux heures la vice-Première ministre, Joan Burton (Parti Travailliste). Les accusations comprennent des allégations de troubles violents, de dommages criminels et de séquestration! Ces accusations sont extrêmement graves, la charge de séquestration pouvant potentiellement être passible d’une peine de vie. Le dossier devra passer en procès face à un jury et non à juge. La date de la tenue de ce procès n’est pas encore claire, ce sera après les élections générales, mais il s’agira sans aucun doute d’un des procès politiques les plus importants de ces dernières décennies en Irlande.

L’Anti Austerity Alliance condamne ces derniers développements très clairement politiquement motivés. Ils surviennent à un moment où les sondages d’opinions sont sombres pour l’équipe gouvernementale et où ses projets concernant l’imposition d’une nouvelle taxe sur l’eau se portent au plus mal. Le gouvernement irlandais a échoué au test Eurostat (qui devait prouver à l’agence de statistique européenne que la moitié des revenus liés à l’eau étaient issus des usagers, l’échec de ce test signifiant que les fonds alloués à l’entretien doivent être inclus dans la dette nationale, NDT) et le taux de non-paiement de la taxe sur l’eau est massif : 57% de la population n’a toujours pas payé la première facture !

En février, 40 personnes de Jobstown ont été arrêtées en deux semaines lors de raids menés à l’aube par des forces policières en nombre excessif. Ces actions non conventionnelles visaient manifestement à terroriser le quartier pour s’être livré à une protestation efficace contre la «ministre de la protection sociale» (dirigeante du Parti travailliste, largement considérée comme coupable des attaques contre les couches les plus pauvres de la société; plus particulièrement contre les bénéficiaires de l’aide sociale et les parents isolés). Il s’agissait également d’envoyer un avertissement à la classe des travailleurs pour qu’elle ne suive pas l’exemple de Jobstown.

Cette fuite d’informations vagues dans les médias est également destinée à distiller la peur, tout en contredisant la justification officielle qui avait été donnée aux perquisitions, selon motif fallacieux que les suspects étaient susceptibles de prendre la fuite.

L’action de protestation à laquelle ces accusations se réfèrent a constitué l’un des événements les plus marquants du mouvement de masse contre la taxe sur l’eau qui s’est développé cette dernière année. Cette action avait impliqué 700 personnes du quartier, qui avaient convergé vers une école visitée par la ministre dès que la nouvelle de sa présence avait été connue le jour-même. Le rejet de la taxe sur l’eau s’est ajouté à la colère compréhensible existant dans ce quartier complètement abandonné par la classe politique depuis de nombreuses années et trahi par le Parti travailliste qui y disposait traditionnellement d’une bonne base de soutien.

Ces événements de même que la réaction violente de l’establishment reflètent la polarisation croissante qui prend place dans la société irlandaise entre les personnes les plus touchées par les ravages de l’austérité et ceux qui en profitent. Cela démontre encore à quel point le Parti travailliste est devenu pourri. La perspective d’un procès comprenant la vice-Première ministre Joan Burton en tant que témoin clé contre des victimes de ses politiques d’austérité sauvages au cours d’un procès qui s’en prendra au droit fondamental de mener des actions de protestation renforcera encore la haine ressentie contre le Parti travailliste.

Au côté de la communauté de Jobstown, l’Anti Austerity Alliance mènera vigoureusement campagne pour l’abandon de toutes les accusations portées contre les manifestants. Il s’agira d’un des thèmes majeurs que portera l’Anti Austerity Alliance durant les élections, avec la lutte contre l’austérité et la taxe sur l’eau. Si les choses iront effectivement jusqu’au procès, nous assurerons que le thème de l’austérité soit bien présent et que le droit de mener des actions soit défendu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :